Fabbrica Design | Università di Corsica
2020 | CUIR  |
La lauréate
Emeline Lavocat

©Véronique Huyghe 

Emeline Lavocat, designer en itinérance
Observer, impliquer, incarner, formaliser.

"Designer industrielle, diplômée de l’ESAD de Reims (2011) et de l’Ensci-Les Ateliers (2017), j’envisage mon métier comme une démarche globale qui vise à investir le lieu même des projets pour mieux analyser et documenter leurs contextes. Je privilégie l’observation, le dessin, la photographie, la collecte, l’inventaire ou encore l’interview comme points d’entrées dans les projets. Cette approche immersive est pour moi une véritable source d’inspiration pour créer, produire de nouvelles formes et/ou de nouveaux scénarios d’usages adaptés aux écosystèmes dans lesquels je m’inscris. La résidence Fabbrica Design résonne donc énormément avec ma vision du design et la manière dont je le pratique chaque jour.

En effet, j’ai à coeur de porter certaines valeurs à travers mes projets :
- concevoir et produire in situ des objets qui incarnent le territoire dont ils sont issus, ses ressources et les savoir-faire des êtres qui y vivent,
- impliquer les divers acteurs autour d’un projet, du commanditaire au destinataire, du fabricant à l’usager, faire en sorte qu’ils se rencontrent et communiquent ensemble,
- défendre un design accessible à tous.

Créer à partir du territoire, expérimenter et développer de nouveaux usages autour d’une matière locale, interroger les potentialités économiques autour d’une filière, les logiques de production, de diffusion et de consommation, s’appuyer sur les savoir-faire locaux pour innover sont autant de problématiques que j’aime explorer à travers mon activité de designer.

Par ailleurs, les enjeux d’égalité et d’attractivité des territoires m’intéressent à titre personnel car j’ai grandi dans un village de 300 habitants en Champagne-Ardenne. J’ai pu constater que l’exode rural, l’émergence d’une société dominée par les services et la consommation de bien importés ont eu de lourdes conséquences à l’échelle des territoires qui ont vu leurs villages se vider et leur savoir-faire se raréfier. Dans ce contexte, comment réinsuffler de l’activité ? Comment se remettre à concevoir et à produire des biens et des services de proximité ? Comment recréer des liens entre humains, ressources et moyens de mise en oeuvre, dans une logique d’économie circulaire, comme le faisaient nos ancêtres avant l’avènement de la société de consommation ?

Récemment, j’ai passé deux mois au sein de l’atelier-musée du verre de Trélon, dans le département du Nord pour travailler avec les maîtres verriers du musée. Dans le cadre de cette recherche-action, j’ai d’abord réalisé une phase d’observation pour bien comprendre l’ADN du site et ses missions : démonstration, fabrication et médiation. J’ai aussi analysé la manière dont les verriers travaillent la matière (verre blanc, apports de couleurs, fournisseurs, objets fabriqués). Ensuite, j’ai axé mes recherches sur la couleur (obtenir un résultat plus uniforme via d’autres techniques d’apports) et sur la médiation des procédés de modelage du verre.
Les méthodologies de travail mises en place ici m’ont permis d’aboutir à une collection d’objets sur mesure, qui sont aujourd’hui produits et vendus sur site. Cette gamme incarne l’alliance entre les potentiels et les contraintes d’une matière, le verre, d’un lieu très spécifique, l’atelier-musée, et de son écosystème, le Parc Naturel Régional de l’Avesnois. Elle n’aurait jamais pu voir le jour dans un autre contexte.

À mon sens, cette expérience fait écho au projet que vous portez à travers Fabbrica Design, c’est pourquoi j’aimerais m’appuyer sur ces méthodologies de recherche-action car elles sont tout à fait mobilisables dans le cadre de cette résidence sur le cuir.

Par ailleurs, le choix de ce matériau ainsi que le partenariat avec M et Mme Abbatucci, des éleveurs engagés dans la défense de la « vache tigre », est très inspirant. En effet, en plus de nous nourrir, les animaux nous habillent aussi de leurs peaux. Valoriser ces matières suite à leur abattage a beaucoup de sens autant d’un point de vue circulaire - cycle de la matière : rien ne se perd, tout se transforme - que d’un point de vue écologique. À ce sujet, des techniques comme le tannage végétal à base d’écorces de chêne, de sapin, de feuille de sumac, de bois de châtaigner, de fruits ou de racines, permettent de transformer et magnifier ce matériau tout en respectant l’environnement.

Du point de vue des potentiels maintenant, le cuir offre de multiples opportunités. Difficilement inflammable, il a une haute résistance à la traction, à la déchirure, au frottement et à la perforation. C’est également un bon isolant thermique, avec des qualités plastiques et élastiques. Il peut être moulé et conserver sa forme, s’il a été préalablement humidifié. C’est d’ailleurs cette dernière piste que j’aimerais explorer. Enfin, j’affectionne particulièrement ce matériau avec lequel j’ai déjà eu une première expérience lors d’un projet dans le cadre du Concours Intérieurs Cuir Acte 3. J’avais proposé une structure suspendue de grande ampleur, recouverte de cuir en tension, qui recrée un espace d’intimité et valorise les qualités enveloppantes, phoniques et esthétiques du matériau. J’avais également mené une recherche autour de motifs répétitifs découpés au jet d’eau et inspirés des systèmes d’autodéfense des animaux. Cette recherche s’appuyait sur les qualités intrinsèques du cuir : sa souplesse et sa propension à se recourber dès lors qu’il est marqué de nombreuses entailles (...)"

Emeline Lavocat

PARCOURS: PRATIQUER, AGIR & TRANSMETTRE
2019    
Designer enseignante à Lisaa Architecture & Design, Paris.
Intervenir lors de cours de Design & Procédés de fabrication auprès d’étudiants de 3e année.
2019
Designer en résidence à l’atelier-musée du verre de Trélon
pour l’Écomusée de l’Avesnois, département du Nord
Mission > Carte blanche pour développer un ou plusieurs objets en verre.
Méthode > Après observation du fonctionnement du site, j’ai axé mon travail sur la couleur et sur la médiation des procédés de modelage du verre en développant une collection d’objets produits et vendus sur place. L’ensemble est visible à l’atelier-musée du verre jusqu’au 1er décembre 2019.
2018-2019
Accompagnement au design, Paris.
pour le collectif Insulab, porté par Insula orchestra (ERDA)
Mission > Accompagner l’équipe administrative dans la mobilisation des jeunes de 17 à 28 ans, en vue de les faire assister davantage aux concerts.
Méthode > Interviewer 10 jeunes du collectif, comprendre leurs attentes puis co-concevoir de nouveaux scénarios d’accueil lors d’un atelier créatif.
2017-2018
Designer d’intérêt général, Paris.
pour la Chaire Innovation Publique ENA-ENSCI
Missions > Accompagner la Direction Générale de la Cohésion Sociale et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt Nouvelle-Aquitaine via de la formation-action et des outils d’immersion adaptés pour permettre aux agents de renouer avec le terrain.
2017
Participation au Sommet Mondial du Design, Montréal, Canada.
pour l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse et l’ENSCI
Couvrir l’évènement. Rencontrer et interviewer des acteurs internationaux du design, de l’architecture, de l’urbanisme et des politiques publiques.
2015
Design & développement territorial, Iwaizumi, Iwate, Japon
pour la Mairie d’Iwaizumi & l’Université de Chiba
Mission > Identifier les potentiels de la commune d’Iwaizumi et valoriser les savoir-faire locaux par le design.
Méthode > Rencontrer des entrepreneurs et des artisans locaux. Cartographier les potentiels et guider la municipalité d’Iwaizumi vers une stratégie de développement par le design.
2014
Worth, Chiang Mai & Bangkok, Thaïlande
pour la KMUTT, école d’architecture et de design de Bangkok
Mission > Identifier des potentiels de projet en vue de futurs workshops à Bangkok, rechercher des financements, communiquer et restituer l’expérience.
Méthode > Mise en place d’un blog, rédaction d’articles, collecte d’objets, réalisation de fanzines, commissariat d’exposition.
FORMATION
2012-2017
Master en Création Industrielle, ENSCI-Les Ateliers, Paris.
Mémoire : Des armoires, sous la direction de Marie-Claire Sellier.
Projet : Laboratoire de l’habitat contraint, sous la direction de Philippe Comte.
Construire un habitat laboratoire de 9m² à l’échelle 1 dans lequel je vis. Tester, ajuster mes maquettes de recherche au regard de ces 3 principes : escamotage, souplesse, légèreté. Concevoir des structures autoportantes et adaptables aux dimensions du logement, sur lesquelles l’usager peut venir raccrocher diverses fonctions.
2008-2011
Diplôme National d’Arts Plastiques, option Design Produit
École Supérieure d’Art et Design, Reims.
Page mise à jour le 06/11/2019 par Albertini Jean-Joseph